Le musée de Marco (vélos anciens)
Revenir à la page "Sports en Bigorre". Accueil.

Le musée de Marco

collection de vélos anciens

Rencontrer quelqu’un de passionné est toujours une richesse. Nous avons eu la chance de faire la connaissance de Marc Lebreton dit « Marco ». Bigourdan d’adoption depuis 1985, il a eu l’amabilité de nous faire découvrir en 2016 sa très belle collection de vélos anciens. C’est en effet pour Marc une véritable passion qu’il nous fait partager pour la « petite reine ». Marc connaît bien le Tour de France et ses champions, mais c’est surtout l’objet vélo, son histoire, ses innovations technologiques et ses évolutions qui l’intéressent en priorité.

C’est de loin la plus belle collection privée de cycles anciens que nous ayons pu admirer. Les photos parlent d’elles-mêmes. De temps en temps, certaines bicyclettes sortent du musée pour des expositions temporaires, des locations ou même des fictions de cinéma. N’hésitez pas à consulter son site : museedemarco.fr

Plus qu’un collectionneur, Marco est surtout un bricoleur de talent, sorte de « Géo Trouvetout » de la bicyclette. Le voici ici en train de restaurer une selle pour un vieux tricycle.

Les vélocipèdes

Datés des années 1860, ce sont les plus anciens objets de la collection. Les premiers vélocipèdes n’avaient pas de pédales, on les faisait avancer en courant (vélo = rapide - pède = pied). Puis, on ajouta des pédales en bois sur la roue avant.

Les grands bi

Il n’y avait pas de chaîne, aussi un moyen imaginé pour augmenter la vitesse était d’agrandir le diamètre de la roue avant jusqu’à des proportions incroyables. Cela posa bien entendu des problèmes de sécurité avec de nombreuses chutes à déplorer. Ce sont surtout les Anglais qui développèrent ce système.

Le système de freinage du grand bi, actionné par la poignée de droite, est indiqué par la flèche blanche sur ce cliché.

Ce qui frappe, c’est que dès la fin du XIXe siècle le vélo a déjà sa forme actuelle avec fourches, guidon, chaîne, cadre… Les évolutions se feront surtout dans le choix des matériaux utilisés, les systèmes de freinage et de changement de vitesses.

Premiers vélos de course

Pour ceux que ça intéresse, sachez que des expérimentations de différents systèmes de bicyclettes ont eu lieu au Tourmalet en 1902 (photos sur ce lien). Alors que le premier passage du Tour de France, dans ce même col, n’eut lieu qu’en 1910.

Voici le vélo Martel. Construit vers 1910 et d’un poids de 12 kg environ. On lui avait mis des jantes en bois pour l’alléger. C’était un vélo fabriqué à Tarbes. Le magasin, situé rue Maréchal-Foch, ferma ses portes en 1976.

Un vélo à position couchée.

Un vélo « side-car ».

Vélo enfant vers 1895

Vélo de piste des années 1940

Tout est dans les détails !

Système à changement de vitesse (3) dans le pédalier.

Lanterne à bougie

Chaîne à bloc. vélo 1890

Une selle originale et sa sacoche.

Le pneu « Hutchinson »

Double porte-bidons

Fin de la visite !

Nous avons passé un très bon moment avec Marc que nous remercions. Pour terminer, il nous montre une des salles où a été tourné le docu-fiction « Le Vieux gaulois » réalisé par Gérard Holtz. Ce téléfilm racontait un épisode légendaire du Tour de France 1913 avec le coureur Eugène Christophe et sa fourche cassée à Sainte-Marie-de-Campan.

Galerie de photos

Observez bien les pédales de ce curieux vélo : elles ne tournaient pas mais il fallait effectuer un curieux va-et-vient de haut en bas. Le système de changement de vitesse est également extraordinaire !

Revenir à la page "Sports en Bigorre".

Tricycles et cycles originaux

Voici quelques exemples de cycles anciens qu’on n’a pas l’habitude de voir :

Le tricycle était une alternative au grand bi, jugé trop dangereux. Celui-ci est un tricycle Megret adolescent 1889.

Deux autres beaux tricycles.